Une recherche agronomique de pointe !

Ça se passe au Bousquet d’Orb :

Et plus exactement au Mas d’Ensaïre, aux limites Nord de la commune, chez Marie et Yves Giraud.

Des chercheurs de l’INRAE, du CIRAD, de l’IRD, de l’Université Paul Valéry à Montpellier accompagnent ce couple pionnier de l’agro-écologie dans un projet de recherche appliquée pour inventer ce que pourrait être l’agriculture vivrière et fruitière de demain.

Installés depuis les années 70, Marie et Yves Giraud ont su remettre en valeur ces terres des bords de l’Orb avec la ferme résolution de développer une agriculture biologique qui respecte la vie des sols et leur écosystème. Il fallait du courage à cette époque où « faire du bio » vous classait direct chez les marginaux, les hippies… qu’on regardait de travers avec moquerie ou méfiance !

Des années de vaches maigres bien difficiles où tout était à faire, sans aides, avec beaucoup de persévérance et de courage : défricher des parcelles abandonnées et les cultiver bien sûr ! Replanter des vignes, des châtaigniers et des fruitiers… Et vendre tant bien que mal leurs productions sur les marchés de Lodève et Sète… mais aussi rendre habitable le vieux mas, rouvrir un accès carrossable, se battre de longues années pour faire venir l’électricité… et avec tout ça réussir à élever leurs trois enfants !

Ils ont fini par devenir des producteurs autonomes, aguerris et reconnus dans le milieu de l’agro-écologie en Occitanie comme une référence incontournable : Chapeau bas !

A partir des années 90 ils ont aussi contribué à former de nombreux jeunes à l’agriculture biologique, dont plusieurs sont devenus des maraîchers installés et certifiés en bio (AB). Parmi eux Christian Lemaire qui cultive lui aussi sur la commune du Bousquet et vend sur les marchés d’Avène et de Bédarieux.

Yves et Marie vivent maintenant une retraite bien méritée mais toujours très active. Avec les Semeurs du Lodèvois-Larzac, Yves anime des conférences pour présenter son livre sur l’oignon de Tarassac et parler de la richesse des savoirs paysans dans les hauts cantons et la vallée de l’Orb (ref.  : « De l’oignon de Tarassac, semence paysanne » -2018)

De son côté Marie fait partie d’une équipe pluridisciplinaire de chercheurs et d’agronomes de Montpellier pour faire avancer la recherche agronomique dans des domaines encore peu explorés, notamment ceux des symbioses racinaires des cultures maraîchères, en particulier sur les nombreuses variétés d’oignons doux.

Après toutes ces années de labeur, un peu dans l’ombre, il était temps de mettre un coup de projecteur du côté du Mas d’Ensaïre en rendant hommage à ces bousquetains riches de tant de connaissances !