Du renouveau à Cazilhac, grâce à l’oignon doux de Tarassac.

 

 

 

 

 

 

Du renouveau à Cazilhac, grâce à l’oignon doux de Tarassac.

 

 

 

Guilhem Raynaud veut faire revivre les semences paysannes locales et il relance la production de plants et la culture de l’« oignon de Tarassac »  dans le hameau de Cazilhac – hameau du Bousquet d’Orb – et aux alentours dans la vallée de l’Orb.

 

Cette ancienne variété locale est un oignon large et plat, jaune-nacré, parfois rose, à la douceur sucrée particulière. Ceux qui ont connu cette culture, les anciens du Bousquet et des alentours, se souviennent bien de cet oignon doux, fruit de la sélection des habitants des hauts cantons sur plusieurs générations.

C’est un bon exemple de semence paysanne sélectionnée de longue date par les habitants de la haute vallée de l’Orb, à l’interface entre les Monts d’Orb, le sud du Larzac, le Caroux et la plaine. De tradition, les plants étaient produits principalement à Tarassac et vendus au marché du 1er mai de Bédarieux pour être plantés un peu partout le long de la vallée de l’Orb.

Cet oignon, de bonne conservation, faisait partie des cultures vivrières. Il était, tout comme la châtaigne, un des aliments de base des familles locales. Les sols acides et drainants, issus du granit de Mendic, avaient la réputation de lui apporter une douceur particulière.

 

Issu d’une des plus vieilles familles de Cazilhac, Guilhem Raynaud donne une nouvelle vie à cette variété d’oignon doux de Tarassac en plein dans son terroir. Petit fils de paysan-mineur, il jongle à son tour entre deux professions : paysan et infirmier !

Il a fait le choix de cultiver sous label d’agriculture biologique pour préserver ses parcelles riches de diversité végétale et animale, encore « sauvages » comme il aime dire et qui ont échappées jusque-là aux méfaits de la chimie « moderne ». Un choix sans doute incontournable !

Cette entreprise fait suite au long travail de pionniers mené par Yves et Marie Giraud qui animent le réseau des semeurs du Lodevois-Larzac et qui produisent les semences de cet oignon au Mas d’Ensaïre, toujours sur la commune du Bousquet. (Voir l’article du Midi libre du 17 avril 21 ou encore le livre d’Y. Giraud : « De l’oignon de Tarassac, semence paysanne » 2019).

 

Sans aborder ici les beaux projets d’élevage des hauts cantons, on peut parier que d’autres initiatives agricoles verront bientôt le jour avec des cultures qui ont fait la vie des familles et un peu de richesse dans la haute vallée de l’Orb : « oignon de Tarassac », châtaigne, miel, pois chiche, variétés locales de pommes…

 

C’est un besoin qui monte de retrouver cette agriculture locale de circuits courts, biologique sans pesticides ni ogm et sobre en eau, avec des produits adaptés aux sols et au climat de la vallée et des pratiques agro écologiques qui ramènent la vie et la prospérité des hommes et des petites bêtes en tous genres.

 

Guilhem Raynaud est dans cette juste voie. La récolte de cette année a démarré vers le 20 aout et il fera une bonne partie de ses ventes en direct à Cazilhac même. Vous pouvez l’encourager – et certainement vous régaler- en lui passant déjà commande.

Pour en savoir plus, allez voir aussi ses comptes FB et Instagram bien nommés : « Coste d’Orb ».